Les deux tiers des Français soutiennent le concept de “rémigration” massive

Un sondage a révélé que 66% des Français seraient favorables à une «rémigration» massive d’immigrants illégaux, d’étrangers sur les listes de surveillance du terrorisme et de criminels étrangers de France.

Un sondage publié par le cabinet Ifop pour le compte de Sud Radio a révélé que 66 % des Français considéraient la remigration massive des clandestins, des criminels étrangers et des étrangers inscrits sur des listes de surveillance terroristes, comme S-File, comme un objectif qu’ils soutiendraient.

Le soutien à la mesure était le plus élevé parmi les partisans du parti Reconquête dirigé par le candidat à la présidence Eric Zemmour, avec 97 % d’accord avec la proposition.

Zemmour a proposé de créer un nouveau ministère de la Rémigration afin de renvoyer un grand nombre de migrants dans leur pays d’origine, affirmant qu’il expulserait jusqu’à un million de migrants en l’espace de cinq ans.

“Je vais créer le premier ministère de la Remigration, responsable de l’expulsion des étrangers en situation irrégulière, des délinquants étrangers et des criminels et des étrangers fichés”, a déclaré Zemmour en début de semaine.

“Quand quelqu’un vient chez vous et saccage tout et vous agresse, vous le chassez de chez vous et vous le renvoyez chez lui”, a déclaré Zemmour, ajoutant : “Vous ne devriez pas avoir peur des mots qui dérangent un petit [journalistic] environnement.”

La mesure est également populaire parmi les partisans de Marine Le Pen, 80 % des partisans du Rassemblement national soutenant l’idée.

Même une majorité de partisans du parti du président Emmanuel Macron – six sur dix – soutiennent l’immigration de masse.

Le politologue français Jean-Yves Camus s’est confié au journal Ouest France sur le thème de la remigration en disant : « L’idée est la suivante. Il faut garder à l’esprit que le concept de remigration est la conséquence logique du concept de grand remplacement. Ils sont intimement liés. Le concept du grand remplacement nous explique que les « Français de souche » sont désormais minoritaires sur leur propre territoire, dans leur propre pays.

« La rémigration est l’acte de ‘re-migrer’. C’est-à-dire que vous avez migré pour venir en France et que vous réémigrez en partant pour « votre » pays. Le problème, c’est qu’évidemment pour beaucoup de gens, ce n’est pas ou plus leur pays”, a-t-il suggéré.

Suivez Chris Tomlinson sur Twitter à @TomlinsonCJ ou par e-mail à ctomlinson(at)breitbart.com.

Leave a Reply

Your email address will not be published.