Jared Kushner comparaîtra jeudi devant le comité du 6 janvier de la Chambre, selon des sources

Jared Kushner, gendre de l’ancien président Trump et conseiller principal à sa Maison Blanche, devrait comparaître devant le comité chargé d’enquêter sur le Attentat du 6 janvier au Capitole des États-Unisplusieurs sources proches du dossier ont déclaré à CBS News.

Kushner n’était pas physiquement à la Maison Blanche le 6 janvier, bien qu’il ait eu une influence significative au sein de l’administration. Il revenait à Washington d’un voyage en Arabie saoudite, où il travaillait sur les négociations entre les dirigeants arabes du Golfe. Il n’est pas revenu à la Maison Blanche ce jour-là.

Le comité a demandé à la femme de Kushner, Ivanka Trump, comparaître pour témoigner dans une lettre de janvier qui citait sa présence avec son père à la Maison Blanche ce jour-là, ainsi que dans le bureau ovale lors d’une conversation téléphonique que M. Trump a eue avec le vice-président Mike Pence ce matin-là. Pas plus tard que fin février, une porte-parole a déclaré qu’elle était en discussion avec le comité pour se présenter volontairement à une entrevue.

Un porte-parole du comité a refusé de commenter, et un porte-parole de Kushner n’a pas pu être joint pour commenter.

Livres Jared Kushner
Jared Kushner fait une interview télévisée à la Maison Blanche le 26 octobre 2020 à Washington.

Alex Brandon / AP


Bien que Kushner ne fasse pas partie des ardents partisans du président alléguant une fraude généralisée lors des élections de 2020, il était peut-être le destinataire de ceux qui plaidaient pour l’action. Dans un message texte au chef de cabinet de la Maison Blanche de l’époque, Mark Meadows, obtenu par CBS News, l’activiste conservatrice Ginni Thomas, l’épouse du juge de la Cour suprême Clarence Thomas, a écrit : “Je viens de transmettre à votre gmail un e-mail que j’ai envoyé à Jared ce matin.” On ne sait pas à qui elle fait référence.

La nouvelle du témoignage de Kushner est arrivée peu après la victoire du comité : un juge fédéral de Californie a ordonné lundi à l’avocat conservateur John Eastman de retourner une tranche d’emails ils avaient cherché et ont constaté que l’ancien président Donald Trump avait “plus probablement qu’improbable” tenté illégalement d’entraver les procédures officielles du Congrès le jour de l’attaque.

Le comité votera lundi soir sur l’opportunité de recommander à la Chambre que deux anciens assistants de Trump soient détenus pour outrage au Congrès pour avoir refusé de se conformer aux assignations à comparaître du comité. le le comité a publié dimanche soir un rapport recommandant le comité de neuf personnes va de l’avant en tenant la paire, Peter Navarro et Dan Scavino, au mépris. Le vote est susceptible d’être approuvé, puisque le comité est composé de sept démocrates et de deux républicains, qui soutiennent tous deux l’enquête sur l’ancien président.

Le comité a émis plus de 90 assignations à comparaître, dont des alliés de Trump, d’anciens responsables de la Maison Blanche, des assistants de campagne et des personnes impliquées dans la planification du rassemblement devant la Maison Blanche avant que le bâtiment du Capitole ne soit assiégé. Deux principaux alliés de Trump, Steve Bannon et Prairiesont été accusés d’outrage au Congrès pour avoir refusé de se conformer à des assignations à comparaître, et le Le ministère de la Justice a accusé Bannon. Tous deux ont déclaré qu’ils suivaient les instructions de Trump, qui a revendiqué le privilège exécutif.

La présidente de la Chambre, Nancy Pelosi, a créé l’année dernière le comité restreint de la Chambre pour enquêter sur le Attaque du 6 janvier, lorsque des milliers de partisans de Trump sont descendus au Capitole alors que le Congrès comptait les votes électoraux, une dernière étape largement cérémonielle affirmant la victoire de M. Biden. Les législateurs ont été envoyés en fuite au milieu de l’émeute, qui a entraîné la mort de cinq personnes et le arrestations de centaines d’autres. Trump, qui a encouragé ses partisans à “marcher” vers le Capitole lors du rassemblement à l’Ellipse avant le décompte des voix électorales, a été destitué par la Chambre une semaine plus tard pour incitation à l’émeute, mais a été plus tard acquitté par le Sénat.

Leave a Reply

Your email address will not be published.