Des migrants auraient diffusé en direct des abus sexuels sur un garçon et sa mère

Deux migrants tunisiens ont été arrêtés à Rome après avoir prétendument abusé sexuellement d’un adolescent ainsi que de sa mère et diffusé en direct les abus sur Facebook.

L’incident présumé a eu lieu à Rome et a vu la victime de sexe masculin de 17 ans volée et maltraitée à plusieurs reprises par une paire de migrants tunisiens, soi-disant âgés de 16 et 17 ans, qui vivaient dans un logement pour migrants local.

Le couple s’est approché de la victime adolescente alors qu’il était sur le point de rentrer chez lui pour la soirée et l’a volé tout en tenant un couteau sous la gorge, affirmant qu’ils avaient déjà assassiné un policier ce soir-là et n’hésiteraient pas à le tuer également, Le Giornale rapports.

Après avoir pris dix euros à la victime, les deux migrants l’ont fait conduire dans le quartier de San Basilio de la ville où ils l’auraient agressé sexuellement et ont diffusé en direct l’abus sur Facebook. Ils ont ensuite demandé à l’adolescent de les emmener chez lui où se trouvaient sa mère et sa sœur cadette.

Après son arrivée au domicile de l’adolescent, la victime a présenté les Tunisiens à sa mère comme ses amis tout en craignant pour sa vie et le couple a reçu 250 euros supplémentaires et des bijoux de la mère dans l’espoir qu’ils partiraient.

Au lieu de cela, l’un des Tunisiens a forcé la mère à s’installer dans une chambre de la maison et l’a agressée sexuellement. Suite à l’abus, le migrant a demandé à la victime de lui faire à manger.

Les deux Tunisiens auraient finalement décidé de partir après que le jeune de 17 ans leur ait proposé de les raccompagner, mais au lieu de se rendre à leur logement, ils ont forcé l’adolescent à se promener avec eux dans la ville, où ils l’ont de nouveau abusé.

Les migrants n’ont été arrêtés qu’après que la mère de l’adolescent a appelé son mari, qui était en voyage d’affaires, et que la police a utilisé le téléphone de la victime pour localiser sa voiture et arrêter les deux migrants. Après leur arrestation, le couple a affirmé qu’il “voulait s’amuser”.

L’incident n’est que le dernier cas présumé d’abus sexuels commis par des migrants qui ont été soit diffusés en continu sur les réseaux sociaux, soit enregistrés et partagés sur les réseaux sociaux après coup.

En 2017, deux demandeurs d’asile ont été jugés pour avoir violé une Suédoise et retransmis l’épreuve en direct sur Facebook.

Leur avocat a affirmé que les migrants ne comprenaient pas que ce qu’ils avaient fait était un viol.

Suivez Chris Tomlinson sur Twitter à @TomlinsonCJ ou par e-mail à ctomlinson(at)breitbart.com.

Leave a Reply

Your email address will not be published.